Cloud souverain : répondre aux enjeux par le cloud agnostic

En France et particulièrement dans le secteur de la e-santé, le cloud souverain soulève des enjeux plus importants encore que la seule problématique de sécurité des données hébergées. Collecte, tri, structure, exploitation de la donnée… Le cloud en santé fait l’objet d’une réflexion globale sur la valeur donnée à la data et son exploitation. Dans cet article, nous revenons aux bases du cloud souverain, ses enjeux et comment Pyxistem répond à cette problématique pour ses éditeurs avec son approche cloud agnostic.



  1. Le cloud souverain, c’est quoi ?


Depuis quelques années, les entreprises n’investissent plus dans des serveurs physiques de stockage de leurs données. Ils sont considérés chers en espace physique comme en maintenance, et synonymes de risque (perte de données, suspension d’activité, piratages…). Aujourd’hui, la solution toute trouvée est d’héberger ses outils et applications sur des clouds, souvent ceux des GAFAM, des acteurs américains incontournables comme AWS, Azure, Google…


La problématique de cette solution : les données sont hébergées par une entreprise hors du territoire d’attache légale, souvent aux Etats-Unis. Elles dépendent donc du droit américain, même si elles sont hébergées par des filiales européennes ou sur le sol français. Il en résulte une cascade de droits de regard accordés à des tiers sur les données et une data précieuse qui échappe à ses propriétaires. Non-respect du RGPD, utilisation des données à des fins économiques… Ces conséquences sont sérieusement dommageables aux entreprises qui utilisent, notamment, les clouds américains.


L’objectif gouvernemental de la France : parvenir à un cloud souverain, dépendant du droit français. Un cloud de confiance qui assure que les données hébergées sont soumises au droit européen. Le cloud souverain répond également à un besoin d’indépendance accrue par le contexte sanitaire de ces deux dernières années. Les entreprises prennent conscience de la nécessité de garder la propriété des données, de maîtriser leur utilisation et les droits de regard accordés.



  1. L’enjeu du cloud souverain : garder la valeur ajoutée


Dans le domaine de la santé, et en particulier en France, la sécurité du cloud est un sujet phare et stratégique. Les acteurs du secteur ont une forte demande de garanties sur l’hébergement des données sensibles. Car c’est un sujet qui va au-delà du simple stockage, le cloud étant un véritable terrain de jeu, une plateforme idéale pour la R&D et le développement de nouveaux services pour traiter la donnée.


Mon Espace Santé est la résultante d’une stratégie longue durée sur la maîtrise des données de santé en France. L’assurance maladie a mis en place un projet Big Data de grande ampleur pour parvenir à une maîtrise des données et leur utilisation cohérente pour améliorer le système de santé, notamment via l’intelligence artificielle. Quand on parle de cloud souverain, on parle aussi d’organiser ce cloud avec des règles de structure, des doctrines techniques pour collecter, classer, traiter et exploiter la donnée. Tout l’enjeu est bien de garder la maîtrise des outils pour conserver de cette valeur ajoutée.


Chez Pyxistem, nous sommes en veille constante sur ce que font tous les acteurs du cloud, sur leurs techniques, afin de comprendre le fonctionnement des écosystèmes. Pour nous, le cloud souverain est synonyme de garder une indépendance technique, d’éviter de perdre le traitement des données, pour en conserver toute la valeur chez soi.



  1. La solution Pyxistem : le cloud agnostic


Le cloud agnostic fait référence à des outils, plateformes ou applications qui sont compatibles avec toutes les infrastructures cloud et peuvent ainsi être déplacés d’un environnement cloud à l’autre, sans problématiques opérationnelles. À l’inverse de l’approche de cloud natif, les applications ne sont pas conçues pour un environnement cloud spécifique, ce qui offre de nombreux bénéfices.


  • Plus de choix et de flexibilité : les outils ou applications ne sont pas bloqués sur un prestataire cloud unique et peuvent être déplacés, au besoin et en fonction de leurs évolutions.

  • Plus de sécurité : avec une approche cloud agnostic, les données sont répliquées sur chaque environnement, une redondance qui assure la conservation de la data.


Tout l’avantage du cloud agnostic est de donner le choix aux acteurs français de la santé, qui ont souvent conscience des problématiques posées par le cloud souverain et les offres américaines sur le marché. Ces sujets de réputation deviennent de plus en plus importants dans l’hébergement de données de santé et se tourner vers des acteurs qui dépendent du droit européen devient un réflexe. 


Avec le cloud agnostic, les éditeurs de logiciels augmentent leur flexibilité en étendant les applications héritées à de nouveaux services et plateformes. Ils profitent d’un environnement de gestion et d’une architecture normés et automatisés. Et ils intègrent des services de cybersécurité qui contrôlent le cloud tout en anticipant les menaces.